Accueil > Chroniques > Livres > Serons-nous immortels ?

Serons-nous immortels ?

Oméga 3, nanotechnologies, clonage...

dimanche 28 janvier 2007, par Olivier Roland

Note : J’ai depuis écrit et publié un résumé beaucoup plus complet sur mon blog Des Livres Pour Changer de Vie : Serons-nous Immortels ?

Résumé :

Dans ce livre, les deux auteurs veulent nous donner un aperçu détaillé et accessible des connaissances nécessaires pour une prise en charge efficace de notre santé. Partant du principe que 1) la médecine occidentale est avant tout une médecine curative qui vous guérit après l’apparition des symptômes mais ne vous apprend pas à prévenir les maladies et 2) que les médecins, avec toutes leurs compétences et leur expérience, ne passent malgré tout que 15 minutes avec vous par consultation, les auteurs indiquent que vous seul pouvez prendre en charge efficacement votre santé sur le long terme.
Ils brossent un panorama des différentes maladies qui nous guettent, la plupart fréquentes dans notre civilisation occidentale : stress, obésité, maladies cardio-vasculaires, diabète, cancer, Alzheimer… et sur les moyens de les prévenir, en privilégiant l’alimentation (surtout), l’activité physique et intellectuelle, la prise de compléments alimentaires, l’utilisation d’outils de diagnostics médicaux...

Les auteurs :

Ray Kurzweil, né en 1948, est un inventeur, entrepreneur et écrivain américain, millionnaire et célèbre aux Etats-Unis. C’est un homme très dynamique, influent dans de nombreux domaines comme l’intelligence artificielle, la robotique, les nanotechnologies, le futurisme… Ce fut un pionnier dans les instruments électroniques, la reconnaissance de caractères (OCR), la synthèse vocale et la reconnaissance vocale. La liste des prix et distinctions qu’il a reçu est assez impressionnante, et il est l’auteur de nombreux livres, pour la plupart non traduits en Français comme The Age of Intelligent Machines (1990), The 10% Solution for a Healthy Life (1994), The Age of Spiritual Machines : When Computers Exceed Human Intelligence (1999), et The Singularity Is Near : When Humans Transcend Biology (2005).

Terry Grossman, est un médecin américain, créateur et dirigeant d’une clinique de longévité, le Frontier Medical Institut, spécialisée dans la médecine anti-âge. Il a exercé pendant 15 ans comme médecin généraliste avant de s’intéresser à la médecine intégrative (holistique) et à la prévention. Il est l’auteur de The Baby Boomers’ Guide to Living Forever (2000).

(Le traducteur est le docteur Serge Weinman, auteur de divers livres autour de la médecine, notamment destinés aux étudiants)


Critique :

Je n’aime pas le titre français de ce livre, que je trouve racoleur, et lui préfère amplement le titre original, « Fantastic Voyage : live enough to live forever » [1], qui illustre bien mieux l’ambition du livre.

Car les deux auteurs partent sur une hypothèse très controversée, qui servira de fil rouge tout au long du livre : le fait qu’un jour, la science permettra d’inverser le processus de vieillissement pour vivre éternellement ou en tout cas atteindre une longévité inimaginable actuellement (l’auteur et chercheur Aubrey de Grey, par exemple, parle d’une espérance de vie de 5 000 ans en 2100). Ray Kurzweil a développé une théorie sur l’accélération exponentielle des technologies, et pour lui, les 20 prochaines années seront semblables, du point de vue des révolutions technologiques, au XX ème siècle en son entier.

Les auteurs identifient deux révolutions dans le domaine de la médecine, qu’ils nomment « ponts », et qui permettront dans un futur proche de ralentir considérablement les processus de vieillissement voir même de les inverser.

Le pont 1 est la quintessence de la science médicale moderne, utilisée pour prévenir les maladies les plus fréquentes et optimiser sa santé et sa longévité.

Le pont 2 est la révolution biotechnologique, qui permettra, entre autres, d’analyser entièrement l’ADN des personnes à faible coût pour dépister les facteurs de risque génétiques que nous portons tous en nous, de contrôler l’expression des gènes et à terme de modifier les gènes eux-mêmes, voire de pouvoir créer des organes entiers à partir de cellules souches avec le clonage thérapeutique, ouvrant ainsi la voie au remplacement des organes qui seraient par trop touchés par la vieillesse.

Le pont 3 est la révolution nanotechnologique et de l’intelligence artificielle : imaginez des millions de nanorobots, de la taille d’une cellule sanguine, parcourir votre corps en analysant, réparant et reconstruisant vos cellules, travaillant sans cesse à le maintenir dans une forme et une condition optimale, tuant les cancers et autres maladies dans l’œuf, tout en ouvrant la voie à des changements radicaux du corps menant au posthumanisme déjà envisagé dans de nombreux livres de science-fiction, comme Schismatrice.

Ray Kurzweil, en bon prospectiviste, s’en donne d’ailleurs à cœur joie et parsème le livre d’anticipations possibles liées aux ponts 2 et 3. En voici un passage à propos du pont 3 :

« Un des projets les plus avancés de Freitas [2] est un robot pour réparer l’ADN. Des milliards ou même des billions de tels robots peuvent pénétrer à l’intérieur de toutes nos cellules et effectuer des réparations ou encore des améliorations de l’ADN des gènes.[…]
Ici, une idée originale apparaît : remplacer l’ensemble de la machinerie génétique (le noyau cellulaire, les ribosomes et les structures apparentées) par un petit robot informatisé. L’ordinateur posséderait le code génétique qui n’est que de 800 méga-octets environ, ou encore 30 Mo environ si on utilise la compression des données. Le système informatisé remplaçant le noyau effectuerait alors la fonction des ribosomes en assemblant directement des chapelets d’aminoacides selon l’information génétique informatisée. Ces ordinateurs, mis en réseau local sans fil, permettraient de télécharger rapidement des améliorations du code génétique à partir d’Internet. » (page 41)

Tout le pari des auteurs est d’utiliser toutes les ressources données par la science actuelle pour atteindre le pont trois, qui permettra, en modifiant radicalement la manière dont le corps fonctionne et interagit avec son environnement, d’atteindre une longévité inespérée aujourd’hui. Sans donner de date précisent, ils anticipent grosso modo (de manière peut-être un peu optimiste) l’avènement du pont 2 d’ici 15 ans et celui du pont 3 d’ici 30 ans. Tout le challenge est de vivre jusque là, et les auteurs ont tentés de réunir la quintessence de leur savoir et de leur travail dans ce livre en présentant toutes les stratégies que donne la science actuelle pour vivre le plus longtemps possible et avec la meilleure des santés.

Que l’on adhère ou pas à cette volonté d’atteindre l’immortalité affichée par les auteurs, ce livre est une véritable mine d’or si vous souhaitez prendre en main votre santé.
Totalement ignare en la matière, mangeant à peu près n’importe quoi sans connaître ni imaginer les conséquences de cette alimentation sur ma santé à long terme, ce livre a changé de manière radicale mon style de vie et ma perception de moi-même et de ma santé. Jamais un livre ne m’avait fait changer si profondément et si rapidement que celui-là. Les auteurs abordent une énorme variété de sujets, toujours dans une optique de prévention plutôt que de guérison, selon ce vieil adage de la médecine chinoise « Combattre une maladie après qu’elle se soit déclarée est comme essayer de creuser un puits lorsque l’on est assoiffé ou forger une arme une fois que la guerre a éclaté. »

Le cheval de bataille de Ray Kurzweil et Terry Grossman est l’alimentation, ainsi que l’activité physique et intellectuelle, la prise de compléments alimentaires, l’utilisation d’outils de diagnostics médicaux...
Ils brossent un vaste panorama des maladies qui nous attendent si nous adoptons une mauvaise hygiène de vie et d’alimentation, et décrivent les moyens de les prévenir. Au menu : nourriture et eau, les hydrates de carbone et la charge glycémique des aliments, les graisses et les protéines, la digestion, le poids idéal et l’obésité, le problème du sucre, de l’insuline et le diabète, la génomique, l’inflammation, la méthylation, les toxines et la détoxication, la prévention des maladies cardiaques, du cancer et son dépistage, le cerveau, les hormones de jeunesse et de vieillissement, la supplémentation active, l’activité physique et pour finir le stress. Autant de sujets, qui sont abordés de manière détaillée chapitre par chapitre, et émaillés d’anticipations sur les ponts 2 et 3 qui interpellent souvent et ne seraient pas reniés par un auteur de science-fiction. Voyons en deux, à propos du pont 3 :

« Au fur et à mesure que nous comprenons les principes selon lesquels fonctionnent le corps humain et son cerveau, nous serons bientôt en position de concevoir des systèmes nettement supérieurs qui seront plus agréables, dureront plus longtemps et seront plus performants, sans être sensibles à une dégradation, une maladie ou un vieillissement. Nous avons déjà fait un long chemin dans la séparation des aspects relationnels sensuels du sexe et de son rôle biologique dans la reproduction. Ainsi, pourquoi n’apporterions-nous pas la même séparation des buts biologiques d’une autre activité qui apporte elle aussi une intimité sociale et un plaisir sensuel, en l’occurrence la prise de nourriture ? […] Des nutriments seraient introduits directement dans la circulation sanguine par des nanorobots métaboliques spéciaux. […] Un scénario envisageable est que vous soyez amené à porter un « vêtement nutritionnel » spécial tel une ceinture. Ce vêtement serait chargé de nanorobots porteurs de nutriments qui trouveraient leur chemin dans ou hors du corps à travers la peau ou d’autres cavités de l’organisme.
A ce stade de développement technologique, vous pourrez manger tout ce que vous désirez, tout ce qui vous apporte plaisir et satisfaction gastronomiques et, grâce à cela, vous apprécierez les arts culinaires pour leurs saveurs, leurs textures et leurs arômes. En même temps, vous recevrez un afflux optimal de nutriments dans votre circulation sanguine, en utilisant un processus complètement séparé. Une possibilité serait que tous les aliments que vous mangez passent par un tube digestif qui serait déconnecté de toute absorption possible par la circulation sanguine. » (page 130)

« A partir de la fin des années 2020, des nanorobots devraient atteindre le cerveau en passant par les capillaires. [Une fois passée la barrière sang-cerveau], les nanorobots des années 2029 seront capables de communiquer les uns avec les autres au moyen d’un réseau local sans fil, avec Internet ou avec vos neurones biologiques.
Grâce à cette technologie, votre cerveau évoluera en un hybride d’intelligence biologique et d’intelligence non-biologique. Aujourd’hui, vous êtes limités à seulement 100 billions (1014) de connexions interneurales biologiques qui sont de plus extrêmement lentes et travaillant à seulement 200 transactions par seconde environ. Avec les implants neuraux fondés sur les nanorobots, vous amplifierez votre pensée en ajoutant des billions (1012) de nouvelles connexions qui travailleront des millions de fois plus vite que vos connexions biologiques. Cela vous permettra d’étendre considérablement vos possibilité de reconnaissance, vos capacités cognitives et émotionnelles, mais cela vous apportera aussi une connexion intime pour de nouvelles formes puissantes de pensées non biologiques. Vous aurez ainsi les moyens de communiquer directement à grande vitesse avec Internet et les autres personnes directement à partir de votre cerveau. » (page 364)

J’ai mis 4 mois à lire ce livre dans son intégralité, en utilisant intensivement Internet pour compléter ce que j’apprenais et trouver des points de vue différents. Il convient en effet de garder un certain esprit critique afin de ne pas considérer tout ce qui est écrit dans ce livre comme une vérité absolue : certains concepts abordés sont controversés, comme le fait de devoir boire de l’eau à un PH basique, et d’autres sont soumis à des interprétations diverses ou des évolutions fulgurantes.

Quoi qu’il en soit, ce livre m’a fait prendre conscience comme jamais de la nécessité de prendre soin personnellement de sa santé, et est la première étape d’un long apprentissage sur la complexité du corps et de ses interactions avec son environnement que je vais sans doute continuer tout au long de ma vie.

Les passages prospectivistes de Ray Kurweil sont également l’occasion de réfléchir au transhumanisme que permettra dans pas si longtemps l’évolution des technologies et de son impact sur les sociétés humaines, qui promet d’être aussi bouleversant que l’invention de l’électricité ou la diminution drastique de la mortalité infantile au début du XXème siècle.

Je regretterai simplement l’absence de réflexion sur l’impact qu’aurait sur les sociétés et la planète un allongement radical de la durée de vie. Pour cela, je vous invite à consulter le livre Une vie en plus : La longévité, pour quoi faire ?, coécrit par Joël de Rosnay, Jean-Louis Servan-Schreiber, François de Closets, et Dominique Simonnet, dont je ferai sans doute une chronique d’ici peu.


[1Le voyage fantastique : vivre suffisamment longtemps pour vivre éternellement

[2Rob Freitas est un chercheur, auteur du livre Nanomedecine dans lequel il imagine de nombreuses possibilités que nous offrirait la révolution nanotechnologique. Site web personnel